Les Necks

Le Fenneck

Le Bulldog

Le Parrain


Le Necktar

Aiguille

Le Bolet



J’aime les couteaux !

 

Pour un grand nombre de personnes, le couteau est un outil précieux.

 

Enfant, recevoir un premier couteau en cadeau, c’est un peu comme trouver le graal ! Il nous suit longtemps, il est utilisé, usé, affuté, usé à nouveau, perdu, retrouvé et parfois maltraité ou bichonné.

 

Il nous suit dans nos différents lieux de vie, il nous suit en voyage, il nous suit en randonnée, on cuisine avec lors de nos bivouacs, on le jette dans notre panier à pique-nique, on l’emporte en balade « au cas où»,  on ne l’oublie pas pour la cueillette des champignons et, dans mon cas, il est indispensable dans mon travail lors du montage de mes tentes. Je l’ai toujours sur moi. C’est comme ça.

 

Du coup, pourquoi ne pas fabriquer mes propres couteaux ?

Pourquoi ne pas créer des modèles qui me ressemblent ?

Pourquoi ne pas devenir un peu, beaucoup, passionnément fabricant de couteaux ?

Avec du temps et de la patience on peut embrasser plusieurs métiers dans la vie.  

 

Alors voilà, ça y est je vous présente mes 6 premiers modèles de petits couteaux !

 

Vous avez compris, ce sont des Necks. Des couteaux de cou. D’évidence ils se portent comme un collier mais pas seulement. Ces petits modèles à lame fixe se glissent aussi dans un sac, dans une poche de pantalon ou encore à la ceinture avec un deep pocket.

 

J’ai été entouré et conseillé bien sûr. Des personnes m’ont aidé dans le choix des métaux, dans le choix du bon traitement thermique, pour l’affutage et le choix des bons outils. Merci beaucoup pour votre aide.

 

J’ai conçu pour mes Necks un cran de sécurité. A l’endroit, à l’envers, autour du cou, en courant en sautant, il ne peut pas sortir de son étui tout seul. Le bruit du « clic » vous indiquera en plus d’une vérification visuelle que votre couteau est bien maintenu dans son logement. Ce cran de sécurité fait l’objet d’une protection auprès de l’INPI.

 

Le bois : je ne ferai pas couper d’arbres pour mes étuis et mes manches. Toujours issu de récupération, je vous propose actuellement du buis, du chêne, du frêne, du noyer, de l’acacia et de l’érable. Mon atelier n’étant pas très loin de Saint Claude, la ville des pipiers, je me rendrai bientôt dans un de leurs ateliers pour essayer de récupérer de la bruyère ! J’applique un petit traitement sur le bois à base de bonne vieille huile de lin et essence de térébenthine.  

 

La signature : comme pour mes tableaux et mes sculptures, mes lames sont marquées par les trois premières lettres de mon nom : ROD. Pour l’instant, je pense en rester là ! J’aime cet aspect dépouillé.

 

Je vous propose également quelques options :

- le choix du bois

- le guillochage

- la sculpture sur le manche ou l’étui

- l’incrustation de bois différents ou de pierres semi-précieuses

 

Un grand merci à Serge Lançon, Jean-Pierre Ruga, Christophe Blot , Jérôme Gindre, Sylvie, Tom, Lilou et Lisa pour leur aide précieuse et leur soutien.